Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 15 mars 2017

J’ai décidé


Ô surprise ! Alors qu’on attendait ces jours-ci le rapport final suite au test sur l’étiquetage nutritionnel en supermarché, puis l’avis de l’Anses et enfin la publication d’un décret, la ministre de la Santé annonce tout simplement dans Le Parisien qu’elle a fait son choix. Faisant fi de tous les efforts et travaux menés par les uns et les autres, industriels, distributeurs, scientifiques et associations de consommateurs pendant de longs mois, madame Marisol Touraine a décidé, point final ! Cette dernière précise ainsi qu’elle prendra "en avril un arrêté pour que les industriels puissent apposer ce logo sur les paquets dans les rayons des supermarchés". Un étiquetage, rappelons-le, facultatif, au regard de la réglementation européenne en vigueur. Et justement, c’est ici que cette décision montre son absurdité. Si le bien-fondé d’un étiquetage nutritionnel lisible et informatif pour tous les consommateurs n’a jamais été remis en question par les industriels de l’agroalimentaire, il était justement important que le système choisi par les pouvoirs publics soit le plus consensuel. Imposer par la force un système facultatif et perfectible de surcroît, provoquera à coup sûr l’effet contraire de celui recherché. Et tout ça sans même parler du dernier avis de l’Anses qui concluait en février que « la pertinence nutritionnelle des systèmes d’information nutritionnelle examinés dans une perspective de santé publique n’est pas démontrée".

Mais est-ce vraiment une surprise ? Depuis le début, c’est-à-dire depuis que Marisol Touraine a présenté les grandes lignes de son projet de loi de Santé en juin 2014, elle n’a jamais caché sa préférence pour le code couleur Nutriscore. Un système de feux tricolores qui ne tient compte ni des portions, ni de la fréquence de consommation.

L’Ania a pris acte de cette décision. Elle a indiqué maintenir son engagement dans la concertation et aussi qu’elle attendait la présentation officielle des résultats de l’expérimentation "par respect pour l’ensemble des parties prenantes impliquées". La moindre des choses…

Perrine Delfortrie



Téléchargements