Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Jeudi 24 novembre 2011 | prospective

L’Indonésie aura la plus forte croissance agricole et alimentaire d’Asie du Sud-Est


Dans un rapport publié le 17 novembre, par la Rabobank en Hollande, sur les perspectives de l’agriculture et de l’agroalimentaire en Indonésie, la banque estime que ce pays connaîtra sur les 10 années à venir la plus forte croissance de tous les pays d’Asie du Sud-Est. Cette tendance est la résultante d’une demande croissante de la population locale des classes moyennes et supérieures pour des produits alimentaires à des prix abordables. Il y aura également une forte demande des autres pays d’Asie, en pleine croissance, pour ses produits agricoles. Rabobank estime que l’industrie de l’huile de palme continuera d’avoir un rôle moteur pour l’agribusiness indonésien, en maintenant sa place de leader mondial pour ces produits. Le caoutchouc sera l’objet d’une très forte demande de la part de l’Inde et de la Chine, pays où le marché automobile connaît une croissance soutenue. Tendance également à une hausse continue pour le café, alors que le pays investit beaucoup dans cette filière. Tout comme la viande de bœuf à destination des populations aisées, mais sans un développement de ce secteur industriel, le pays dépendra de plus en plus des importations. Une plus forte consommation de viande entraînera celle de maïs et soja, mais nécessitera plus d’importations pour approvisionner les usines d’aliment du bétail. La volonté de parvenir à l’autosuffisance en viande de bœuf et sucre impliquera des investissements dans des plantations, des raffineries, des élevages et pâturages. L’élévation du niveau de vie, le développement des formes modernes de distribution et les préoccupations sanitaires porteront les ventes de pâtes, sodas, produits de boulangerie, dopant les industries alimentaires nationales, selon Pawan Kumar, qui a dirigé l’étude. Le pays devra surmonter un certain nombre de handicaps : faibles rendements, fermes de petite taille, respect de l’environnement, mauvaise qualité des produits, faiblesse des investissements, pratiques agricoles peu modernes, frein des réglementations locales. L’Indonésie devra adopter des politiques plus libérales avec moins de régulation, accroître ses investissements dans les terres, la technologie et la recherche.

PB



Téléchargements