Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Jeudi 20 septembre 2012 | matières premières

Les pâtes alimentaires demandent à leur tour des hausses de tarif


La récole de blé dur a été historiquement faible. A 35 M t, elle est inférieure de 3 M t à la consommation mondiale des ces trois dernières années, s’alarme le Sifpaf CFSI. « Les prix physiques du blé dur ont quant à eux franchi le seuil de 320 euros tonne rendus usine, soit une augmentation de 30% en moins d’un an », indique le syndicat dans un communiqué du 13 septembre. La situation est d’autant plus tendue que le blé dur représente une part très importante du prix de revient des pâtes alimentaires : 75 % pour les pâtes alimentaires de qualité supérieure, fabriquées avec de la semoule de blé dur et de l’eau, 50 % pour les pâtes aux œufs (déjà affectées par la crise de l’œuf). « L’industrie nationale, déjà fragilisée par les crises précédentes et la concurrence des pays à bas coûts, ne sera certainement pas en mesure d’absorber cette nouvelle hausse de ses prix de revient sans de graves conséquences sur ce secteur de notre industrie », prévient le syndicat.
Rédaction Agra Alimentation



Téléchargements