Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Jeudi 07 juillet 2016 | crèmes glacées/développement

Soutenu par Unilever, Grom prévoit d'aller en GMS en 2017


Le glacier italien positionné sur la qualité et la naturalité multiplie les ouvertures de boutiques dans le monde et se renforce en France avec un nouveau point de vente à Paris inauguré le 30 juin. Achetée en octobre par Unilever, la marque a pour but d'arriver dans les grandes surfaces l'année prochaine.


Dans le giron d'Unilever depuis le mois d'octobre 2015, la « pépite » Grom dévoile son appétit grandissant. Elle a ouvert le 30 juin son deuxième point de vente à Paris (et en France) qui vient compléter un réseau de 56 boutiques dans le monde ouvertes depuis 2003. La plupart d'entre elles sont en Italie où la marque est née, mais on trouve désormais des enseignes Grom aux États-Unis, au Japon, en Indonésie et à Dubaï. Après la boutique de la rue Soufflot, tout près de Panthéon, et celle de la rue de Seine, Grom renforce son maillage de la capitale en ciblant les points les plus touristiques. « En 2016, des boutiques ouvriront à Paris, rue Vieille-du-Temple et rue Montorgueil, à Nice, à Hong Kong, à New York et à Jakarta et l'Italie comptera 7 boutiques supplémentaires » explique Guido Martinetti, co-fondateur de l'enseigne. L'année suivante, Grom s'installera au Royaume-Uni, en Espagne et au Portugal. L'ensemble du réseau est constitué de boutiques en propres et continuera de se développer sur ce modèle, sauf en Asie où le développement se fait en franchise. Grom se positionne comme un concurrent pour d'autres enseignes de glaces et de restauration légère déjà installées à l'image d'Amoriono.

L'ambition des dirigeants de l'entreprise ne se limite toutefois pas au seul réseau commercial. Pour ce qui est des produits, Grom a lancé des cookies et des biscuits sans gluten vendus dans les boutiques, et il fabrique aussi ses propres cornets, également sans gluten. Pour répondre à la demande tout au long de l'année, notamment l'hiver, l'enseigne propose aussi des boissons chaudes. La marque Grom a construit sa réputation sur la naturalité de ses produits et des recettes sans additifs, colorants, arômes, conservateurs ou émulsifiants. « Les poires, abricots, figues blanches et pêches utilisés pour nos recettes viennent d'un domaine agricole de 20 hectares situé à Costigliole d'Asti, dans le Piémont, dont la production est entièrement biologique » souligne Guido Martinetti.

Mais c'est en termes de distribution que Grom nourrit le plus d'ambition. « Nous nous fixons pour but de vendre nos produits en grandes surfaces d'ici 2017, mais seulement si nous parvenons à garantir le même niveau de qualité qu'aujourd'hui » prévient Guido Martinetti. Pour parvenir à cet objectif ambitieux, et qui entraînera un changement d'échelle pour l'entreprise (35 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2015), les dirigeants et fondateurs Guido Martinetti et Frederico Grom pourront s'appuyer sur les capacités de production existantes de l'usine italienne. Cette dernière n'est en effet utilisée qu'à un tiers de sa capacité de 30 tonnes par jour. Grom parie aussi beaucoup sur la R&D à laquelle il consacre un budget de 300 000 euros par an et qui mobilise 4 collaborateurs. CB

CB



Téléchargements