Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Jeudi 18 février 2016 | viande/traitement des animaux

L'élevage avec moins d'antibiotiques progresse aux Etats-Unis


L'annonce de Subway (27 000 points de ventes aux Etats-Unis) de bannir l'ensemble des antibiotiques dans la viande de volaille qu'elle achète agite le landerneau depuis le mois d'octobre. Jusqu'à pousser certains commentateurs américains à se demander si ce n'est pas trop en faire. En effet, si une bonne partie des grands producteurs de volaille américains et de leurs acheteurs, notamment les chaînes de fast food, ont annoncé mettre en place des plans d'abandon des antibiotiques, cette volonté affichée ne concerne qu'une partie des traitements. En règle générale, les annonces portent en effet sur les antibiotiques utilisés comme facteurs de croissance qui sont souvent des molécules faisant partie de l'antibiothérapie humaine. Et génèrent les phénomènes inquiétants d'antibio-résistances largement décrits. Dans son plan, Subway annonce être en mesure de servir ses premiers sandwiches à la viande de poulet sans antibiotiques le mois prochain et a posé un calendrier très volontariste. Aucune date n'a été donnée pour la dinde, mais l'enseigne assure pouvoir commercialiser des volailles (dinde, poulet) sans antibiotiques dès 2018 et en 2021 pour mettre en marché des viandes de porc et de bœuf n'ayant jamais vu l'ombre d'un antibio. Parmi les industriels importants, Perdue Farm, leader historique du mouvement de désengagement, affirme aujourd'hui que 95 % de sa production (654 millions de tête de poulets) répondent à cette exigence de non-utilisation d'antibiotiques à destination humaine. Parmi les entreprises ayant procédé à des annonces, on trouve pêle-mêle, McDonalds, Chipotle Mexican Grill, Panera, Tyson Foods, Pilgrim Pride… Avec des calendriers plus ou moins flous mais qui répondent aux désirs exprimés des consommateurs des grands centres urbains du pays.

Rédaction Agra Alimentation



Téléchargements