Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 18 janvier 2017

Temps perdu


La lutte contre le gaspillage alimentaire est une préoccupation majeure pour tous et à tous les niveaux de la chaîne. En France, une impulsion supplémentaire a été donnée avec la loi du 11 février 2016, adoptée à l’unanimité par l’Assemblée et le Sénat, en hiérarchisant la lutte contre le gaspillage, entre la prévention, le don, la valorisation pour l’alimentation animale et enfin la valorisation énergétique. Obliger les distributeurs à donner des invendus propres à la consommation, c’est très bien. Faciliter le don auprès des organisations caritatives, c’est également très bien. Mais il reste encore beaucoup à faire, notamment du côté des consommateurs, qui faute de "comprendre" les DLC (dates limites de consommation) et autres DLUO (dates limites d’utilisation optimale) figurant sur les emballages, jettent parfois des produits encore consommables. Si les DLC sont à respecter pour les produits frais, dépasser la date limite d’utilisation optimale n’est en revanche pas dangereux pour de nombreux aliments, les produits secs notamment qui pourtant finissent à la poubelle.

Force est de constater que si les choses avancent pour lutter contre le gaspillage alimentaire, et la France n’a pas à rougir de ses initiatives, bien au contraire, elles n’avancent pas assez vite, notamment en Europe.

En témoigne, le rapport sur le gaspillage alimentaire publié le 17 janvier par la Cour des comptes européenne qui dresse un constat global assez négatif sur le sujet. Les auditeurs relèvent que l’action de la Commission, se limitant à la mise en place de groupes de travail ou encore de la création d’une plate-forme, n’a pas permis d’avancées réellement perceptibles et a même "laissé passer une occasion de s’attaquer efficacement au problème". Étiquetage ambigu, absence d’uniformisation, de coordination… sont autant de points relevés par les auditeurs du rapport qui préconisent "une harmonisation des politiques existantes, une meilleure coordination et un objectif politique clair en matière de réduction du gaspillage alimentaire". Il est grand temps !

Perrine Delfortrie